Chronique Polars Jazz - Inconsolables sorcières

Chronique Polars Jazz - Inconsolables sorcières

Jan THIRION - Inconsolables sorcières aux éditions Asgard

Jan THIRION : Inconsolables sorcières.

Collection Zones d’ombre, éditions Asgard

 

Un battement d'aile de papillon au Brésil peut-il déclencher une tornade au Texas ? C’est ce qui est communément appelé l’effet papillon. Partant de ce postulat, peut-on affirmer que si le narrateur n’avait pas omis de citer Shakespeare dans la citation qu’il avait mise en exergue de son manuscrit, tout ce qui va suivre serait arrivé ?

 

Le narrateur, appelons-le Catawoman, vérifiant dans sa voiture garée dans un parking son manuscrit qu’il vient de faire photocopier en cinq exemplaires, s’aperçoit donc de cet oubli et arrache la feuille de garde d’une copie. Par la lunette arrière de son véhicule il entrevoit un homme qui est agressé par deux gamins. L’individu sort de sa poche un revolver mais les deux jeunes adolescents sont plus rapides que lui et l’abattent. Lorsque Xavier, dans une sorte de réflexe inconscient remarque l’arme sur le capot de la voiture de l’homme blessé à mort, il s’en empare en entrouvrant sa portière. Mais il ne se rend pas compte que la feuille déchirée tombe à terre aux pieds du cadavre. Puis il s’en va, tranquillement, tout en pensant à la lecture qu’il doit effectuer en public dans une librairie toulousaine quelques jours plus tard.

 

Lorsque les policiers effectuent les premières constatations, cette feuille volante les intrigue. Franz Dieu et son équipe apprennent par le médecin légiste que sur le haut du corps un œil a été tatoué. La marque des Sorcières, une bande de malfrats sévissant dans l’un des quartiers chauds de Toulouse. Un des policiers s’étant un peu trop confié à une journaliste, bientôt le nom de l’auteur de la citation est dévoilé : Shakespeare. Ce ne pourrait être qu’un banal incident si deux Inconsolables, une bande rivale des Sorcières, étaient retrouvés dans une voiture avec sur le pare-brise une autre citation de Shakespeare. Puis un nouveau cadavre est retrouvé avec un livre entre les dents, Roméo et Juliette du même dramaturge élisabéthain. Une guerre des gangs pense Dieu qui a déjà pas mal de soucis à régler. Dans le bar le Vertigo, qui est réputé comme le quartier général des Sorcières et où travaillait Hanlon en tant que videur, le collègue avec lequel il travaille en binôme lui fait remarquer un consommateur qui pourrait être son jumeau, un sosie presque quasi parfait. Il a le visage ravagé, comme lui, suite à on ne sait quel accident. Mais Dieu n’y prête guère attention, il a d’autres soucis en tête comme je l’ai déjà dit. Dans quelques jours il doit assister au jubilé de son patron, l’irascible commissaire Hérion, et auparavant se plier à une séance d’entraînement formation, le genre de chose qui l’horripile. Alors il se venge en dégustant ses briques de jus de pomme, alors que ses collègues carburent à la caféine et parfois aux amphétamines, mais c’est du jus de pomme cuvée spéciale, en provenance directe d’une bouteille de vodka qu’il transvase. Heureusement, il existe un petit coin de ciel bleu dans son existence grise et qui se manifeste sous le doux prénom de Blanche. Celle-ci occupait précédemment le logement où il vit et grâce à sa propriétaire il fait la connaissance de la jeune femme qui se révèle charmante et même plus.

 

Que devient Catawoman, me demanderez-vous avec juste raison ? Il pense à sa mère, il écoute Anne Vanderlove en boucle, la chanteuse préférée de sa mère, il se connecte sur le site Grief.com car il s’identifie à sa mère décédée. Mater Dolorosa comme son père l’appelait avant qu’il quitte le foyer. Sa mère qui accumulait tous les malheurs du monde dans sa tête, qui se rendait malade à cause des infos. Qui s’est autodétruite. Alors Catawoman recueille sur Grief.com les doléances de ceux qui subissent le joug des autres. Il y a Manu, qui est harcelé, battu, racketté par un collègue de travail, Antigone, qui harcelée par un proviseur de lycée s’est défenestrée et vit maintenant en chaise roulante, et Duke qui affirme devoir subir les assauts de son beau-père. Et d’être en possession d’une arme donne des idées à Catawoman. S’en servir bien évidemment pour réduire les souffrances des uns et des autres et les venger en laissant sur le lieu de son forfait une citation de Shakespeare. Puisque c’est à la mode.

 

Et comme si cela ne suffisait pas, il y a les gamins des rues, qui sont affiliés à l’une ou l’autre des bandes, comme Tim le poussin, ainsi surnommé parce qu’il est toujours habillé de jaune, et son chien Roland Garros, un pitbull qui mâchouille en permanence une vieille balle de tennis.

 

Le lecteur qui passe allègrement du Je du narrateur, en suivant les pérégrinations de Catawoman, au Il de l’enquêteur Franz Dieu perdu dans ses démêlés avec sa hiérarchie, son enquête, ses amours nouvelles et anciennes, il doit aller voir son ex, Noé, qui est aussi romancière et doit faire une lecture publique de son nouveau roman dans une librairie renommée. Il peut s’identifier au « héros » de cette histoire, suivre l’enquête du côté des policiers. Il frémit, ressent la peur en même temps que les protagonistes, il accompagne les divagations des différents personnages, a envie parfois de dire « attention danger », se prend au jeu, si c’en est un, et aimerait que tout se termine bien.

 

Jan Thirion nous offre une nouvelle facette de son talent, après la plongée historique dans les prémices de la guerre d’Indochine avec Soupe tonkinoise, ou la franche rigolade de Sextoy made in China. Jan Thirion bascule d’un univers à l’autre avec bonheur et pour le plus grand plaisir de ses lecteurs.

 

Paul Maugendre 

 

Retrouvez toutes les chroniques de Paul Maugendre sur son blog: http://mysterejazz.over-blog.com/

 

 



0 commentaire

Laisser un commentaire
  1. Pas encore de commentaire, soyez le premier.

Afficher les commentaires précédents »

Laisser un commentaire

Pour déposer un commentaire, il faut être connecté : Se Connecter - Créer un compte (gratuit)

A lire également

Le grand retour de la webradio Christmas Jazz

En cette période hivernale, nous vous offrons les plus grands titres de noël !

Monte Carlo Jazz Festival

J-14 avant la grande ouverture du festival

Le légendaire Fats Domino est mort à 89 ans

Le pianiste et chanteur Fats Domino, connu notamment pour le tube "Blueberry Hill", vient de décéder à l'âge de 89 ans, des suites d'un cancer.

Jasser Haj Youssef

Concert de Jazz - Évènement organisé par le Consulat Général de Tunisie

Jazz Do Brazil

Carte blanche au percussionniste !

Les Victoires du Jazz 2017

Pour la 15ème édition, il y a des nouveautés

Claudia Solal, le retour avec un nouvel album

"Butter in my brain" signé Claudia Solal & Benjamin Moussay

JazzContreBand : 21ème édition

Un petit point à mi-parcours

Monte-Carlo Jazz Festival !

Attention le Monte-Carlo Jazz Festival va résonner de 16 novembre au 2 décembre

Raphaël Gualazzi - Love Life Peace

Son nouvel album qui séduit

Seal, revient avec un nouvel album en novembre

Seal replonge dans les grands standards de la chanson américaine

ECOUTEZ ICI   

La Musique revient vite...

En direct sur Jazz Radio

Jazz Club
  Se Connecter - Créer un compte | Webradios