Découvrez le "groupe de rock déguisé en jazz" de Thomas de Pourquery

Découvrez le "groupe de rock déguisé en jazz" de Thomas de Pourquery
94x50_thomas-de-pourquery-585.png

Un nouvel album plein d'originalité pour le jazzman issu de différents horizons.

Thomas de Pourquery est un saxophoniste, auteur et chanteur français qui s’exerce dans le rock et le jazz.

Entre le Conservatoire National Supérieure de Musique, l’Orchestre National de Jazz, un Premier Prix d’orchestre et de soliste au Concours de la Défense, ou encore une résidence pour trois saisons au Festival Jazz sous les Pommiers, Thomas de Pourquery mène depuis ses 14 ans, un remarquable parcours dans le monde de la musique. En 2010, il a notamment créé The Brain Festival, un festival caritatif afin de soutenir la recherche sur les maladies neurodégénératives.

Il a sorti une quinzaine d’albums et a composé et enregistré les bandes originales de trois films. (« La Fille du 14 juillet » d’Antonin Peretjatko, « Fidélio, l’odyssée d’Alice » de Lucie Borleteau et « Une histoire américaine » d’Armel Hostiou)

En 2014, il sortait « Play Sun Ra », premier album aux côté de son groupe Supersonic composé de :

Thomas de POURQUERY - sax alto et soprano , chant, direction, arrangements

Laurent BARDAINNE - sax ténor et baryton, percussions, choeurs

Fabrice MARTINEZ - trompette, bugle, tuba, choeurs

Arnaud ROULIN - synthétiseurs, piano CP 70

Frederick GALIAY - basse , électronics

Edward PERRAUD - batterie, électronics

JEANNE ADDED - chant

Six musiciens exceptionnels aux styles tout aussi riches et divers que les styles abordés par Sun Ra : jazz, électro-rock, drum&bass. Un sextet très créatif, passionné de transe, de mélodies et d’improvisations.

Le 3 mars dernier, le barbu à la carrure de rugbyman a sorti "Son of Love" sur le label Bleu, second album de son "groupe de rock déguisé en jazz". Un album que l'artiste aurait d'abord "rêvé" avant de poursuivre dans cette inspiration.

"Alors que je fais rarement des rêves de musique - j'étais comme un petit oiseau dans un immense hangar désaffecté à ciel ouvert. Je pouvais toucher les clefs du saxophone, me poser sur une syllabe, et puis tout à coup sauter sur les touches du piano, ou faire, du trampoline sur la corde grave de la basse (...) Fasciné par ce son intersidéral qui me caressait, je n'entendais pas de mélodies mais une energie, des ondes où se lover. (...) Pour tout compositeur, il y a toujours le challenge infernal de "faire oeuvre" de "se raconter" et à mon reveil j'ai eu ce déclic, j'avais compris. Il ne fallait qu'écrire des prétextes pour que la machine puisse continuer à vibrer. "

Un album aux sonorités oniriques qui expose aussi bien les parcelles angoissante présentes dans les rêves que ses acpects magiques...

 

 

 



0 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs requis sont identifiés par une étoile *

En ce moment sur Jazz Radio

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios