ESTHER PHILLIPS

ESTHER PHILLIPS
94x50_esther.jpg





Esther Phillips, de son vrai nom Esther Mae Jones, est une chanteuse américaine de Rhythm and Blues, de musique soul et de jazz, née le 23 décembre 1935 au Texas et décédée le 7 août 1984 à Torrance (Californie)
 
Esther Phillips s'est produite à ses débuts, à partir de 1949, sous le nom de Little Esther, au sein de l'orchestre de Johnny Otis. Il lui a fait enregister Double Crossing Blues avec les Robins qui sera n° 1 R&B. Travaillant pour la firme Savoy, elle obtint un nouveau succès avec Ring-A-Dig Doo en 1952. Encore adolescente, elle devient accro à l'alcool et à l'héroïne, et se voit obligée d'arrêter de tourner en 1954.
 
En 1962, elle revient sur le devant de la scène et signe deux nouveaux succès avec Release Me et And I Love Him, une reprise des Beatles, chez Atlantic. Elle se fait remarquer au festival de Newport en 1966. Sa voix éreintée, comparable à celle de Nina Simone, lui permet de déployer un large panel d'émotions.
 
Après une nouvelle cure de désintoxication de 1966 à 1969, elle enregistre l'album Burnin' , puis une chanson poignante sur la drogue en 1972 : Home Is Where the Hatred Is, écrite par gil Scot-Heron. L'album From A Whisper To A Scream fut nommé aux Grammy Awards, mais c'est Aretha Franklin qui obtint la récompense. Celle-ci l'offrit à Esther Phillips déclarant qu'elle la méritait plus qu'elle. Son plus grand succès fut une version disco de What A Diff'rence A Day Makes en 1975. Sur la fin de sa carrière, Esther se produisait régulièrement dans des clubs de jazz.
 
Elle a élue meilleure chanteuse de rhythm & blues par les magazines Rolling Stone et Ebony, et a reçu un prix de l'Académie française de Jazz. Le 7 août 1984, elle est décède d'une insuffisance rénale et hépatique, conséquences de ses excès passés. Elle avait 48 ans.
 
Discographie
 
    * Release Me !, Lenox, 1963
    * And I Love Him, Atlantic, 1965
    * Burnin', Atlantic, 1970
    * From A Whisper To A Scream, Kudu, 1971
    * Alone Again, Naturally, Kudu, 1972
    * Black-Eyed Blues, Kudu, 1973
    * Performance, Kudu, 1974
    * For All We Know, Kudu, 1975
    * What A Difference A Day Makes, Columbia, 1975
    * Confessin' The Blues, Atlantic, 1975
    * Capricorn Princess, Kudu, 1976
    * You've Corne A Long Way, Baby, Mercury, 1979
    * A Good black Is Hard To Crack, Mercury, 1992
    * Esther Phillips Anthology, Soul Brother, 2003
    * Home Is Where The Hatred Is: The Kudu Years 1971-1977, Raven, 2004
 

 


Articles associés

Le Jazz et la publicité une grande histoire d'amour ?

Le Jazz et la publicité une grande histoire d'amour ?

Du jazz pour vendre une voiture, un pot pour bébé, des vacances, c'est toujours efficace.