Charles Bradley : un premier album à 62 ans.

Charles Bradley : un premier album à 62 ans.
94x50_charles-bradley-un-premier-album-a-62-ans-160.jpg

A 62 ans, ce chanteur sort son premier album chez Daptone Records. A mi chemin entre Otis Redding et James Brown, il chante sa vie d’une voix rugueuse et bouleversante à souhait.

 

 Né en Floride en 1948, Charles Bradley a grandi dans les rues de Brooklyn, New York. En 1962, sa sœur l’emmène voir James Brown à l’Appolo : le jeune Charles est transporté et c’est le début d’une passion qui le ne quittera jamais. Il commence à travailler au Bar Harbor, dans le Maine, où malgré son job de cuisinier il trouve le temps de réunir un orchestre. Quand on lui demande de se produire pour quelques collègues féminines, c’est l’hystérie. Mais la Guerre du Vietnam vient perturber ses rêves quand il est obligé de trouver un travail dans un hôpital à New York. Après neuf ans à cuisiner pour 3500 personnes par jour, il part à la poursuite de son rêve en Ford, puis en auto-stop de New York à la Californie, jusqu’au Canada.

 

Après un séjour en Alaska, il s’installe pour vingt ans en Californie. Chef le jour, il joue de temps en temps des concerts de reprise. Puis il retourne près des siens à Brooklyn, et commence à faire des apparitions dans des clubs du coin sous le nom de « Black Velvet ». Charles Bradley a 51 ans et sa carrière musicale semble commencer à décoller, mais il est victime d’un véritable drame familial lorsque son frère est assassiné par son propre fils…

 

Dévasté, la chance lui sourit lorsque Gabriel Roth de Daptone Records l’entend chanter un soir. Il l’emmène immédiatement dans les studios du label pour une session avec le Sugarman 3. Gabriel Roth produit Charles à Staten Island en compagnie de Dirt Rifle and the Bullets, avec lesquels il commence à collaborer. Ils ont sorti deux singles sur Daptone sous le nom de « Charles Bradley & The bullets ».

 

Véritable fer de lance du renouveau de la soul et spécialisé dans la reconstitution du son des années 196-1970, Daptone Records a déjà produit des artistes comme Sharon Jones ou Naomi Shelton. Avec les musiciens de The Menahan Street Band, Charles Bradley a réalisé son premier album « No Time For Dreaming ». Il a vécu et on le ressent au travers de son timbre rugueux et sincère, en définitif purement blues. Les 12 titres de son album racontent sa vie, ses souffrances et ses espoirs. Sincère et intense, sa voix profonde transporte, éblouit et émeut. La « relève du blues » semble assurée.

 

Ci-dessous, la vidéo officiel de "The World (Is Going Up in Flames)", extrait de l'album "No Time for Dreaming"

 

 

Charles Bradley – No Time For Dreaming – Daptone Records - sorti le 24 janvier 2011 

http://thecharlesbradley.com/

 



0 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs requis sont identifiés par une étoile *

En ce moment sur Jazz Radio

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios