Un nouveau coffret collector pour Otis Redding

Un nouveau coffret collector pour Otis Redding
94x50_otis-redding-840-0725111.jpg

un coffret de six CD regroupant l’intégralité des sept concerts enregistrés au club Whisky A Go Go en 1966

Deux ans avant sa mort, Otis Redding s’était produit au célèbre Whisky A Go Go sur Sunset Boulevard à West Hollywood. Un concert qui avait donné naissance deux ans plus tard, à l’album posthume  « In Person At The Whisky A Go Go »,  comportant une sélection de dix titres.

Otis Redding aurait eu 75 ans cette année, l’occasion pour  Stax/Concord de sortir « Otis Redding – Live at The Whisky A Go Go, The Complete Recordings », un coffret de six CD regroupant l’intégralité des sept concerts enregistrés durant ses trois jours de présence au club, du 8 au 10 avril 1966.

Les enregistrements ont été remixés et remasterisés à partir des bandes originales, et l’ensemble contiendra bien entendu de nombreuses prises inédites des plus grands succès d’Otis. À consommer sans aucune modération dès le 21 octobre.

 

Né dans la ville de Dawson, en Géorgie, Otis passe toute son enfance à Macon dont il deviendra plus tard le maire d’honneur. Très vite, Otis doit quitter l’école pour subvenir aux besoins de sa famille. Il est, entre autres petits boulots, batteur pour les groupes de gospel du dimanche matin.

Sa rencontre avec Johnny Jenkins bouleverse sa vie. Ce guitariste noir survolté qui joue de la guitare à l’envers (préfigurant le jeu explosif de Jimi Hendrix) lui propose de rejoindre son groupe, les Pinetoppers.

L'association avec Johnny Jenkins permet à Otis Redding de rencontrer l’agent de celui-ci : Phil Walden. Redding convainc la maison de disques grâce à These Arms of Mine, ballade soul qui permet au chanteur d’exprimer avec succès le trémolo de sa voix. Ce sont ces ballades qui assurent les succès de Redding dans un premier temps (That’s What My Heart Needs, Pain in My Heart, jusqu’au langoureux I’ve Been Loving You). Toutefois, les titres plus durs et plus rythmés, où les cuivres prédominent, connaissent un succès moindre.

Avec Mr. Pitiful, les choses changent pour le chanteur. Le titre lui permet de rentrer dans le Top 10 des chansons rhythm and blues. Selon la légende, Otis Redding, surnommé Mr. Pitiful à cause de sa voix mélancolique, aurait créé cette chanson en quelques minutes avec l’aide de son arrangeur Steve Cropper.

En 1965, sort Otis Blue, l’album le plus complet de la carrière du chanteur comprenant notamment Respect (qui sera l'immense succès d'Aretha Franklin), I’ve Been Loving You, Ole Man Trouble, et de nombreuses reprises comme Satisfaction des Rolling Stones, Shake de Sam Cooke, My Girl de Smokey Robinson, ou Down in the Valley de Solomon Burke.

 

 
Avec Try a Little Tenderness, Otis Redding unifie dans une même chanson ses deux genres familiers, la ballade et la soul survoltée ; commençant par une ballade, le titre se termine à grand renfort de cuivres et de chœurs.

 

Le 10 décembre 1967, l’avion personnel d’Otis Redding, un Beech 18, avec à son bord les membres des The Bar-Kays, s’écrase dans le lac Monona Wisconsin, le musicien Ben Cauley  est le seul survivant.

Malgré une carrière bien trop courte, Otis Redding aura eu le temps de marquer l’histoire de la musique, et de devenir une idole. 

 



0 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Les champs requis sont identifiés par une étoile *

En ce moment sur Jazz Radio

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios