Sam Cooke, soul man exceptionnel, qui a laissé derrière lui des œuvres gravés dans l’histoire de la musique!

Sam Cooke, soul man exceptionnel, qui a laissé derrière lui des œuvres gravés dans l’histoire de la musique!
94x50_sam-cooke-smoking-in-front-of-the-microphone1.jpg

“A Change Is Gonna Gone”, chef-d’œuvre du père spirituel de la soul !

Sam Cooke est considéré comme le père spirituel de la soul. Cet auteur, compositeur et interprète américain, est au plus haut de sa carrière dans les années 60 ! Très tôt, il est passionné par le chant. Il commence par des chants religieux (surement influencé par son éducation, son père étant pasteur), il constitue un groupe avec ses frères et sœur puis rejoint à 19 ans l’un des plus grands groupes gospel du XXème siècle : « The Soul Stirrers ».

Il se fait connaitre auprès de la communauté afro-américaine, mais il souhaite conquérir un plus large public, et s’éloigner du gospel. Il enregistre son premier single en 1956 sous un nom différent (Dale Cooke), mais le style ‘pop’ de ce single fait scandale ! Il signe l’année suivante avec le label « Keen », où il enregistre « You Send Me » chanson qui connait un succès fou ! Elle reste 6 semaines en tête des ventes R&B ! Tout s’enchaine ensuite très vite pour lui ! Il enregistre son 1er album, puis un autre, puis un autre, 4 au total dans ce label. De nombreuses chansons qui resteront ancrées dans l’histoire de la musique (« Wonderful World », « Only Sixteen » etc.).

C’est en 1960 qu’il change de maison de disque et signe chez « RCA Records », où il enregistre, encore une fois de nombreux titres. En 1963, la sortie de son 7ème album étonne ! L’album met en avant sa voix plutôt que le reste, une nouveauté par rapport à ses anciennes œuvres. Il est ensuite touché par les mouvements des droits civiques, après la mort de son fils à seulement 18 ans ainsi que l’interdiction de séjourner dans un hôtel suivi d’une arrestation avec son groupe... Inspiré notamment par Bob Dylan et la sortie de « Blowin’ in the Wind »,  il écrit et enregistre « A Change is Gonna Come »en 1963, qui sortira l’année suivante. Cette chanson est considérée par beaucoup comme son plus grand chef-d’œuvre !

Au sommet de sa carrière, il est assassiné dans un motel californien en 1964. Le meutre n’est pas élucidé et les motifs de cet acte restent encore flou, même si Peter Guralnick (écrivain et historien de la musique américaine), explique dans un de ses livres qu’il aurait été assassiné à cause de sa participation aux mouvements des droits civiques.

La chanson « A Change is Gonna Come » est reprise par énormément d’artistes après sa mort. Aretha Franklin, George Benson, Tina Turner, Elvin Jones etc.



En ce moment sur Jazz Radio

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios