Débarquement, l’apport du jazz en France par les américains

Débarquement, l’apport du jazz en France par les américains
94x50_miller_glenn.jpg

Vendredi 6 juin 1944, date anniversaire du débarquement en Normandie fait également écho musicalement parlant à l’explosion du jazz et du swing en France.

 

Les Etats-Unis entrent en guerre en 1941, ce qui bouleverse bien entendu l'existence des jazz men. Mis à l'index pendant les années de guerre sans être véritablement interdit, le swing américain des années 20 et 30, renaît en France à la Libération par le biais des enregistrements V'Disc (Victory disc) destinés à soutenir le moral des GI's. Glenn Miller, tromboniste et chef d’orchestre a d’ailleurs participé à ce mouvement de support moral des troupes. Il s’engage dans l’armée de l’air en 1942, promu capitaine, il dirige alors le « Glenn Miller Air Force Force Band ». A cette époque, le jazz résonne plus que jamais dans les cabarets new-yorkais et parmi les figures les plus célèbres artistes on trouve : Chick Webb (batteur, chef d'orchestre), Benny Goodman (chef d'orchestre, clarinettiste surnommé le « Roi du Swing »), The Andrews Sisters (trio de close-harmony), etc. De l’autre côté de l’Atlantique, la France connaît la vague « Zazou », pendant l’Occupation. Les « zazous » sont des jeunes qui résistent à leur façon, ils provoquent de façon calculée, ils s'habillent à l'américaine, ils aiment le jazz, proscrit par les nazis. Le swing des « zazous » fait danser Paris puis la France, car les chansons américaines camouflées en chansons françaises sont tolérées par les nazis. Ils exprimèrent notamment leur non-conformisme et leur opposition au régime en organisant des concours de danse, qui les opposaient parfois aux soldats allemands.

 

 

 

 
 
 
 
 


En ce moment sur Jazz Radio

La Musique revient vite...

Ecoutez 

  Ecoutez les Webradios